Posts en Français

Que faire quand on a l’impression de ne plus être assez ?

Assez belle, assez forte, assez intelligente, assez sportive, assez motivée, assez aimante et j’en passe. Je cherche encore la réponse à cette question. Mais la différence avec le “Moi” d’avant est que je refuse que mon spleen et ma morosité ambiante prennent le dessus sur ma vie et mon moral. 

Photo by Dương Nhân on Pexels.com

Ainsi, quand je me surprends à alimenter un scénario catastrophe dans ma tête, je me donne une claque intérieure et m’oblige à inverser la vapeur notamment en faisant une action positive qui va me re-booster. Cela peut être accepter cette invitation à aller boire un verre après le boulot avec des amis, continuer la lecture de ce livre de développement personnel que j’ai délaissé sur ma table de chevet depuis des semaines et écrire. Écrire sur mes états d’âme, mes doutes, mes angoisses. Coucher sur papier ces maux me permet de les exorciser. C’est comme s’ils perdaient instantanément de leur pouvoir d’enchantement.

Lire : 5 Conseils pour gérer son anxiété

Alors oui, c’est la mi-saison et tu n’es pas au top de ta forme. Ta tête veut avancer et saisir les quelques semaines de l’année civile restantes pour atteindre tes objectifs mais ton corps te dit exactement l’inverse : détends-toi tu es fatiguée, laisse toi aller à cet écart dans ton alimentation, prélasse-toi sur ton canapé dans ton jogging et sweat-shirt préférés. Et les deux n’arrivent pas à se mettre d’accord. Te voilà donc prise entre l’enclume et le marteau et tu sais avec certitude que, quel que soit le côté vers lequel penchera la balance, tu finiras par ressentir de la culpabilité.

Lire : La thérapie par l’écriture : comment ça marche ?

Si tu passes toi aussi par cette phase en ce moment, je souhaiterais te transmettre le message suivant : ce n’est pas une fatalité ! Tu n’es pas parfaite, la vie est faite de cycles et c’est tout à fait normal d’avoir des coups de mou. Dans ces instants, ne tombe pas dans le piège de l’autoflagellation et accepte la situation. Tu dépenserais trop d’énergie à essayer de lutter contre ce flux naturel.

Amuse-toi de la situation et prends-la avec légèreté. Comme tout cycle, cette période de baisse de régime ne durera pas éternellement. Ton corps a donc raison de te dire “relax, take it easy”. Sois indulgente envers toi-même et, au besoin, regarde dans le rétroviseur des mois qui se sont écoulés pour prendre conscience des kilomètres déjà parcourus. Tu es sur la bonne voie. Il ne me reste donc plus qu’à t’envoyer mes bonnes ondes et à te féliciter. Comme disent les Anglo-Saxons “keep up the good work”! 🙂

Tu souhaites soutenir ce blog ?

Tu peux le faire avec une simple donation d'1€ !

€1.00